Du rêve dans du réel !

Allez, on s’ébroue ! On secoue ce qu’il reste du sable de la plage dans nos sandales, on dénoue ses godasses de rando, on remet à plus tard le soin de trier les photos du voyage, on plie les parasols (qui parfois ont fait office de parapluies…), on rebouche les tubes de crème solaire…  On embrasse les amis, les parents accueillants, les si sympathiques voisins de camping. Bref, on remballe et l’on se rentre ! Mais ce n’est pas la routine qu’on va retrouver, non, mais une nouvelle étape à vivre, même si…en savoir plus

L’été

Tous ne sont pas en vacances, certes. Mais tous bénéficient de longues journées, d’une météo en principe plus avenante qu’en novembre ou février, et d’une ambiance plus détendue. En dehors du secteur touristique, on se sent autorisé à être plus cool qu’à l’ordinaire. Quelle belle occasion pour se brancher à nouveau sur le rythme….humain.       Car  nos connexions neuronales peuvent être rapides, le rythme global de notre corps est en réalité un rythme lent, organique. Partant, la maturation psychique relève elle aussi d’un rythme lent. Alors que nous subissons d’habitude…en savoir plus

Heureuse vitalité !

Quel bonheur de les regarder vivre ! Elles ont 9 ans. Elles sont jumelles. Elles rayonnent. Deux petites filles heureuses de vivre, déliées, toniques. Il faut les voir gambader dans le jardin de leurs grands-parents pour comprendre ce que c’est que la joie de vivre : de la balançoire à la cabane perchée dans un arbre par la dextérité bricoleuse du papy ; du trapèze à la petite piscine gonflable où on les entend glousser en s’aspergeant ; du coin de table où s’étalent leurs dessins et découpages, à la terrasse où elles esquissent…en savoir plus

Citoyens !

Les français de toute tendance se sont montrés très concernés par les échéances électorales. Les débats ont été suivis massivement. Même le dernier round  qui a fait se  succéder les prétendants à la présidence, petits et grands, de quart d’heure en quart d’heure jusque tard lors de la dernière soirée de campagne, a retenu plus de 5 millions de téléspectateurs. Sur les quais de gare, dans les trains, les métros, les cafés, les restos, les marchés, dans les familles, entre collègues, les conversations ne cessaient de porter, et très sérieusement,…en savoir plus

Deux ans d’âge

Entasse dedans ce que tu aimes Tes doudous et toutes ces choses qui t’enchantent. Et pousse ta brouette, vas-y ! Attrape la vie à deux mains, Avance à bras ouverts Que l’horizon ne cesse de s’ouvrir par devant Sur le ciel et sur les arbres, Sur la terre et sur les gens. Et sur le ciel encore. Reste connectée à ta joie de vivre Et trace ta route, petite fille Va vers toi-même. N’aie pas peur.Jamais. Marie-Christine Bernard Février 2017

Perle

Un livre à lire de toute urgence et sans modération : Au nom de la mère de  Erri de Luca (Gallimard Poche, 2009) : l’histoire de Marie, mère de Jésus, racontée par elle-même sous la forme d’un roman d’une poésie et d’une justesse é-pou-stou-flantes ! D’une beauté évangélique… Un chef-d’oeuvre. Marie-Christine Bernard Janvier 2017

Rome !

Ah ! Rome … ! Ville incroyable de beauté. Extravagante dans ses délires baroques à couper le souffle. Mystérieuse dans ses dédales de catacombes et ses sous-sols regorgeants d’histoire. Touchante dans ses fresques du tout début de notre ère. Ravissante dans ses pierres patinées par le temps. Lumineuse dans ses ors et ses arabesques  ensoleillées tombée des vitraux. Joyeuse dans ses fontaines. Apaisante dans ses jardins. Rassurante dans l’équilibre architectural de ses villas, palais et basiliques. Et tellement accueillante…. En dépit des errances ecclésiastiques dont elle a été le berceau,…en savoir plus

Beauté

Le TGV file vers l’ouest. Je goûte le plaisir d’avoir tout mon temps. Mon regard erre dans le paysage de plaines puis de douces collines piquetées de villages, de fermes, entre champs et bois. Quand mon ange me tape sur l’épaule : « Lève les yeux, regarde ! » Je plonge dans le ciel. Le soleil se couche, et comme à chaque soir, réinvente la beauté. Cette fois, rien de flamboyant, pas de rouges orangés, de liserés dorés, d’éclatant triomphe de roi. Un ciel qu’on risque de ne pas remarquer….en savoir plus

Magnifique !

Elisabeth de la Trinité (1880-1906), carmélite à Dijon durant les cinq dernières années de sa vie, canonisée le 16 octobre (2016), est une personne lumineuse, attachante, intelligente. Elle a baigné dans un catholicisme tout taché de jansénisme, ennemi du plaisir et confit en dolorisme, dans une église empêtrée dans un cléricalisme ensoutané aussi obtus que l’anticléricalisme qui sévissait en exact parallèle, l’un et l’autre se renforçant mutuellement avec furie, à une époque corsetée et conformiste à souhait. Mais le miracle a eu lieu. Le chaud rayon de l’amour de Dieu…en savoir plus

Courage !

A nous tous, qui engageons cette rentrée sous le signe du danger. A nous qui allons prendre les bus, les métros, les trains. Qui allons partager des pots aux terrasses des cafés. Qui allons rejoindre nos lieux de culte religieux, sportifs, musicaux. Qui allons fréquenter les crèches, les écoles et les universités. Qui allons circuler dans nos rues, sur nos boulevards et sur nos places. A nous tous qui allons le faire dans la confiance et la vigilance, la détermination et la non-violence, la fierté pour notre nation multicolore et…en savoir plus

Zéro carbone

Juin de cette année, au nord de la Loire, dans la même veine que mai : de la pluie, des averses, des orages, de la bruine, du ciel bas, de la fraicheur, le tout entrecoupé de courts laps de temps lourd de chaleur humide, juste avant que des nuages tout neufs se déversent à nouveau sur le sol saturé d’eau. Alors en début de mois, sans plus attendre, j’ai empilé mon bivouac sur mon chariot de randonnée, chaussé mes godasses, tiré derrière moi la porte de ma maison, et je…en savoir plus

 Tendresse

Dans cet établissement spécialisé, les résidents n’ont pas perdu toute leur tête, mais ils sont tous perdus dans la leur. Dans le meilleur des cas, certains parviennent, par intermittence, comme par accident, à en avoir conscience en quelque fulgurance qui se renouvelle, ou pas. « Je crois que ma tête est vide…». Mais le plus souvent, chacun, chacune, va et vient, enfermé dans sa bulle, tâtonnant dans un monde inaccessible par d’autres qu’eux, un monde pourtant bien réel pour eux. Ils en éprouvent des sentiments forts, des rires dont on…en savoir plus

Printemps

 L’appel du printemps. Un sac, un casse-croute, une paire de pompes, un chemin de Grande Randonnée et cap vers l’horizon. Laisser derrière soi le bruit et la fureur, les mails et les infos, les murs et les voitures. Marcher, marcher, marcher…. « Où vas-tu » ? –  Demande-le au chemin, c’est lui qui me porte –  Pourquoi tu t’en vas ainsi droit devant ? –  Parce que le ciel m’appelle ». C’est une urgence. Marie-Christine Bernard Mai 2016

 La vie, malgré tout

La pluie de printemps ruisselle d’argent sur la ville. Les fleurs multicolores, épanouies, lascives,  jubilent au moindre rayon de soleil échappé des nuages. Elles sont heureuses. Heureuses d’être là, silencieuses, ouvertes, jetées dans les bras du ciel. Et quand je les caresse du regard, le cœur content de les revoir, il me semble qu’elles en sont touchées. Marie-Christine Bernard Avril 2016

Le Carême, c’est pour les disciples du Christ, 40 jours bénis !

Ce que le Carême n’est pas : – il n’est pas triste –  il n’est pas l’affichage d’une identité –  il ne rime pas avec sacrifice –  il n’est pas une liste d’interdits –  il n’est pas contraint –  il n’est pas une compétition –  il ne regarde personne d’autre que soi-même Ce que le Carême est : – joyeux, parce qu’il prépare à la fête de tout ce que la vie porte de bon, de beau, de solide – discret, parce que la foi est affaire de conscience et…en savoir plus

Au vigile qui préfèrerait voir mes livres en images…

Etat d’urgence oblige, le vigile me demande d’ouvrir ma lourde valise et s’étonne d’y trouver des paquets de livres : « Mais pourquoi tous ces livres ? – Parce que je les propose aux personnes qui viennent à mes conférences. C’est moi qui les ai écrits. – Hein ? Vous…vous écrivez des livres ??? – Oui. –  Wahou… c’est génial ! Mais…pourquoi vous ne faites pas plutôt des films ? »Coup de cœur à mon vigile à la peau noire, au large sourire. D’abord, il accomplit sa tâche avec sérieux …en savoir plus

Hommage de la nation toute entière

Il reste au moins ceci. Dans la plupart des villes et des villages de ce pays, des millions de citoyens de toute couleur et de toute confession ont trouvé un lieu où faire converger leur résistance à la barbarie. En général, c’est au milieu de la place centrale, c’est devant la mairie, c’est sur les marches de l’Hôtel de Ville, qu’ils sont venus déposer fleurs, poèmes, prières, mots, bougies et de ce bleu-blanc-rouge auquel on n’imaginait pas être si attachés. Et nous sommes encore nombreux, des semaines plus tard, à…en savoir plus

Courtoisie de champignons

Dans mon carré d’herbe, des champignons de toute sorte s’épanouissent sans vergogne. Tailles, couleurs, odeurs varient. Certains sont solitaires, d’autres se serrent les ceps. Ils ont l’air tellement content d’être là que je les laisse vivre leur vie. Est-ce la raison de leur retour chaque année plus nombreux, plus variés ? J’aime bien leur courtoisie.  Je leur rends visite de temps à autres, honorée de leur présence, même si, faute de parler leur langue, je ne connais ni leur nom ni leur degré de comestibilité. Ils disparaîtront comme ils sont…en savoir plus

Densité

     L’été ? Un bonheur traversé de quelques ombres. Une délectation à vivre dans une solitude de silence et d’attention. J’ai lu de belles choses, des poètes et des mystiques ; entendu sur des ondes soigneusement sélectionnées des personnes intelligentes, sensibles et honnêtes ; regardé passer les gens, le temps et le soleil de plomb. J’ai travaillé de mes mains et réfléchi, médité et dormi, vibré et respiré. Je me suis aussi laissé rejoindre par la souffrance de proches atteints par le grand âge et ses absurdités, et me suis…en savoir plus

Eté

Ciel bleu, soleil, la route par devant, et au bout la plage, ou la verte campagne, ou la montagne majestueuse, les amis, les parents, les enfants, les petits-enfants. Tenues légères Pieds nus sur le sable, dans l’herbe. Des petits déjeuners qui s’éternisent dans la douceur de vivre. Flâner, lire, dormir, rire, se taire. Bouger, respirer, marcher, nager, danser. Retrouver le bonheur de se laisser porter par la vie. Se reposer. Et laisser remonter à la surface tout ce que la vie habituelle a tassé tout au fond de nous De…en savoir plus

Disciple du Christ

Un disciple du Christ n’est pas un imbécile heureux. C’est un lucide plutôt, qui ne laisse pas la joie le déserter. Un disciple du Christ ne promène pas un sourire béat sur tout et son contraire Il n’est pas le gentil gentillet qui se laisse tondre en disant merci. Il ne pose pas sur le monde un regard naïf d’infantile niaiserie. Un disciple du Christ cherche la vérité. La vérité d’être. Avec lui, avec les autres, avec Celui qu’il nomme peut-être Dieu. Il apprend à assumer ses émotions celles qui…en savoir plus

Snif-snif…

Si en passant devant chez moi, vous me trouvez à plat-ventre dans mon carré d’herbe, immobile et concentrée, rampant plus ou moins d’un endroit à l’autre, le nez au ras du sol, surtout, pas de panique ! N’appelez pas les hommes en blanc et en ambulance, tout va bien. C’est juste que, en avril, je renifle les violettes, en mai, je hume le muguet, en juin, je sniffe les odeurs d’herbe coupée, et ensuite, je me shoote à tout ce qui pousse dans mon coin de verdure. Ça ne s’explique…en savoir plus

Pour que notre société multiple tienne la route !

Une école pour tous, pas pour tout : c’est le titre de l’une de mes conférences. C’est en effet sous cet angle que j’aborde la question  du vivre-ensemble, dans l’espace scolaire ici,  mais a fortiori dans l’espace social tout entier. Car s’il on veut réussir notre pari, pari qui nous honore, celui d’une nation unifiée de citoyens venus d’horizons multiples, nous avons à activer une exigence : celle d’un discernement. Pour distinguer : – retenir et cultiver tout ce qui va dans le sens de la fraternité (paix, justice, estime…en savoir plus

Bravo les Calésiens !

Il se passe à Calais des choses magnifiques. Entendu à la radio, un reportage donnait la parole aux habitants qui n’ont pas renoncé. Pourtant, ces centaines de clandestins qui errent dans leur ville sans le sou, souvent sans papiers, sans mots sinon dans un anglais approximatif, sans fin, sans toit, sans rien, ces gens venus des lointains, comment le nier, encombrent l’espace de leur présence. Parce qu’ils n’étaient pas prévu, parce qu’ils ne comptent pas rester, parce qu’ils portent en eux toutes les tragédies de la planète, parce qu’ils n’ont…en savoir plus

Page blanche

Une neige fragile recouvre les toits. Le ciel gris et bas en porte les flocons éparses, hésitants. Comme s’ils se retenaient. Le nez collé à la fenêtre, je m’entends les appeler en silence à se poser enfin. L’immaculé qu’ils dessinent suggère tant de paix. Tant de rêve de paix conquise sur les fossés, les murs, les barrières, les épines et les ornières. Tant de pureté doucement caressée sur la boue, la poussière, les haines et les violences. Voile pudique jeté sur les résultats  tranchants des bavures humaines. Des folies des…en savoir plus

Quand la France se lève

Foules indénombrables Foules pacifiques, graves et déterminées. En marche coude à coude dans les rues de nos villes. Sans mots d’ordre et sans désordre. Entre silences et applaudissements Entre silences et Marseillaises Des riches et des pauvres, Des gens de droite et des gens de gauche, Des croyants et des non-croyants, Des vieux et des jeunes. Tous citoyens Le cœur en écharpe mais la tête haute. Oui, ça avait de la gueule. On était beau et on était fier. Notre pays debout au milieu du monde. Nos crayons multicolores brandis…en savoir plus

Entre été et printemps

Il pleut. Il fait froid. Les jours sombres et fatigués tombent tôt sur les arbres déplumés et les rues mouillées. C’est le moment de puiser de l’énergie là où on l’aura emmagasinée. Pour ma part, c’est en pédalant cet été sur les bords des rivières. Alors je replonge dans l’ambiance de verdure, de soleil et d’insouciance de juillet. Contempler ce paysage me réjouit toujours… Il porte l’attente de jours meilleurs, et cette attente elle-même porte à l’espérance d’un autre ordre, dans les profondeurs de l’infini qui nous propulse en un…en savoir plus

Au coeur de ma demeure

A quoi le cœur de ma demeure a-t-il vibré ces derniers temps ? La brume d’automne tombée sur mon jardin semble vouloir m’en barrer l’accès. Epaissie des mauvaises nouvelles que les médias se chargent de déverser en continu sur nos pauvres têtes, elle semble ce matin  se retenir de faire pleurer les arbres… Il suffit pourtant de tourner à nouveau les oreilles et les yeux à l’intérieur. Là, une petite flamme claire réchauffe et pétille de joie. Elle offre sa lumière à de multitudes traces riantes glanées dans le cours…en savoir plus

Jubilation estivale

Que ce fût bon de plonger deux semaines durant dans la verdure des bords du Rhin, puis du Doubs, puis de la Saône ! En pédalant avec un égal bonheur dans le soleil ou sous la pluie, l’équipement de camping sur le vélo, j’ai une fois de plus savouré la solitude et le silence, l’un et l’autre choisis, cultivés, soigneusement préservés au rythme nomade de mon périple des bords de l’eau. J’ai frémis de joie en partageant un coin de champ avec une cigogne, l’orée d’un bois avec des chevreuils,…en savoir plus

Paix rêve d’Europe

En lisant les témoignages de ceux et celles qui ont connu la dernière guerre, l’ont traversée, ont été témoin du débarquement ; en regardant les photos d’archives montrant des larmes de joie sur fond de ruines, des drapeaux tricolores agités dans une liesse éperdue de reconnaissance pour les alliés, des joues creuses et des rires ;      en écoutant via la radio les voix de personnes âgées encore tremblantes d’émotion à l’évocation de ce moment de peurs et de délivrance, je ne peux pas toujours retenir ce rien d’eau salée…en savoir plus

Parfum nature, parfum vital !

Le muguet est sorti tout chiffonné de pluie, un peu en avance, un peu étonné. Et me voilà comme chaque année à plat ventre dans le jardin, le nez dans mon carré de clochettes blanches. Je crois que je me shoote un peu en reniflant le printemps condensé là, dans ce bouquet fidèle au rendez-vous. Je ne m’habitue pas, non. C’est chaque fois la même joie, le même pétillement au cœur, la même envie de danse. Déjà les violettes fin mars, et les tulipes quand elles s’étaient épanouies de couleurs…en savoir plus

Merci !

A toutes les personnes qui ne baissent pas les bras. A celles qui ne laissent pas le chômage entamer leur estime de soi. A celles qui restent humaines dans ce monde violent, présentes aux côtés de leurs semblables, présentes de corps, et pas seulement d’écrans A celles qui s’engagent au service du bien commun, dans le social, le scolaire, le culturel, le politique, la vie domestique aussi A celles qui ne cèdent pas aux sirènes menteuses de populismes obscurs A celles qui n’oublient pas que la religion n’est pas toujours…en savoir plus

Silence

Chaque jour Quelques minutes au moins. Se poser Se taire Fermer les yeux Respirer Accompagner doucement le corps la tête le cœur vers la tranquille présence du présent. Laisser faire le silence. La Présence, en vous, s’enracine et se déploie. Le Souffle est pour vous Il s’épanouit pour la suite des heures. Marie-Christine Bernard Février 2014

Bienvenue en 2014 !

Que cette année nous apporte à tous de cette sagesse d’habiter le temps qui nous est donné. D’habiter ces jours, ces semaines, ces mois, ouverts par devant, comme on habite chez soi ! N’est-il pas notre maison permanente ? L’expérience ouverte de l’éternité à notre mesure ? Que nous sachions l’accueillir avec gratitude et entrer dans ce temps, le nôtre, avec délectation de gourmet et dilatation du cœur. Que jamais nous nous laissions aller à le comprimer jusqu’au paroxysme du stress, à l’envahir comme on occupe par la violence un…en savoir plus

Noël…

Au fond de nous. Dans la paille qui reçoit nos fatigues et nos misères. Dans la nuit qui nous prend si souvent. Là, au point précis d’où nous naissons à nous-même, au creux de là où ne pouvons pas, ne pouvons plus mentir. Au ras du sol de notre réel, là où nous avons soif de vérité, soif d’être vrai, vrai et juste avec nous-même, les autres, le monde. A l’endroit palpitant en silence dans l’attente d’une joie inviolable. Là, le Tout-Autre prend forme. Il attend que nous laissions son…en savoir plus

Brouhaha médiatique

Quand je décroche huit, dix, quinze jours, pour des temps de reprise spirituelle, je coupe toute source d’info : je ne cherche ni à lire ni à entendre quoi que ce soit des nouvelles du monde, certaine que si une vraie nouvelle –  une nouvelle nouvelle ! – arrivait, bonne ou mauvaise, elle me parviendrait d’une façon ou d’une autre. Et ce qui me surprend toujours quand je reviens, c’est que les flots d’infos ininterrompus n’ont rien apporté de vraiment neuf. En bref, je n’ai rien raté. Et je mesure…en savoir plus

Lire Proust

« Pour se représenter une situation  inconnue, l’imagination emprunte des éléments connus et à cause de cela ne se la représente pas. Mais la sensibilité, même la plus physique, reçoit comme le sillon de la foudre, la signature originale et longtemps indélébile de l’évènement nouveau. » Voilà qui me donne à penser…C’est pourquoi je  poursuis ma lecture de Proust depuis des mois. De perles proustiennes, j’ai tout un florilège ! Comment peut-on lire Proust avec bonheur et profit ? En faisant tout l’inverse de ce qu’il conviendrait  de faire, aux…en savoir plus

Crême de politesse

La dame, sans être d’un grand âge, fait néanmoins partie des seniors. Dans la boutique de téléphonie où je patiente, je la vois entrer doucement, tenir un instant la porte à la personne inconnue d’elle mais qui s’engouffre aussi dans le lieu. Puis elle se tient sur un pied, sur l’autre, sans savoir ce qu’il convient de faire : s’annoncer à l’un des multiples jeunes commerciaux qui s’activent dans tous les coins ; s’asseoir sur l’un des hauts tabourets encore libres quoique malcommodes ; stationner bravement dans une hypothétique file…en savoir plus

Dans ma ville

Dans ma ville, chaque année, aux portes de l’été, un défilé loufoque est organisé dans les rues. La ville indique qu’elle « fait son cirque ». Associations de quartier, écoles de danses, de cirque, fanfares et clubs divers font donc joyeux cortège, et pour ce qui est de la grande parade, le temps d’une soirée voit affluer quelques milliers de badauds sur le parcours. Bariolés, déguisés, juchés sur d’improbables chars, perchés sur des échasses ou calés dans des voiturettes à pédales, des citoyens de tous âges et de toute condition,…en savoir plus

Nuages de fraternité

Des nuages blancs voyagent dans le ciel bleu venteux et frais. Ça sent l’herbe coupée, la terre humide. Les oiseaux vivent leur vie d’oiseaux et les fourmis leur vie de fourmi. Les arbres sont heureux, ils n’ont pas soif cette année ! Le vert est partout, l’herbe belle, épaisse, drue. Des enfants rient dans le jardin d’à côté, insouciants, heureux. D’où nous vient l’énergie sinon de tout cela, par où passe le travail divin, gracieux et gratuit, la grâce dit-on ? J’aime l’idée que les protestation du peuple turc contre…en savoir plus

Afrique du courage

Elles s’appellent Fatimata M’Baye, Julienne Lusenge, Hadizatou Hamzata Maïga. Elles sont respectivement mauritanienne, congolaise RDC, malienne. L’une est avocate et défend les femmes victimes de traditions exécrables, l’autre milite contre le viol devenu une arme de guerre dans son pays, la troisième est institutrice et tient tête aux islamistes. Elles sont représentatives, parmi tant d’autres, de ce qu’est aussi l’Afrique : une terre de courage, une aspiration à la liberté à vivre sa vie dans le soleil de Dieu, un désir d’affirmer la dignité humaine et d’en garantir l’expression et…en savoir plus

Pape François…

« Bonsoir ! », puis « Bonne nuit ! ». Ces simples mots lancés par le pape François du balcon de St-Pierre de Rome en guise d’ouverture et de conclusion de sa première prise de parole, ont suffi pour faire fondre le cœur de millions de gens. Des mots familiers, offerts dans la simplicité d’un sourire, et voilà que nous nous sentions en présence d’un proche. J’ai senti les larmes me monter aux yeux. Fallait-il que la soif fût forte pour que nous ressentions à ce point la fraicheur de…en savoir plus

Bluffant

Respect. C’est le terme qui m’est venu en premier et ne me quitte plus en réaction à la décision de Benoit XVI de renoncer librement à sa fonction. Ainsi, il  fait passer le bien de l’Eglise avant la satisfaction possiblement narcissique de laisser à la postérité l’image d’un jusqu’au-boutiste acharné. Sans déjuger son prédécesseur, il rappelle par là la possibilité dans l’Eglise Catholique d’avoir des positions différentes sur un même sujet. Jean-Paul II et Benoit XVI : chacun a décidé en son âme et conscience. Liberté des enfants de Dieu….en savoir plus

Visages aux trésors

Les visages humains racontent des histoires  d’hommes, de femmes. Ils sont comme des livres ouverts. On peut reconnaître quelques bribes de leurs calligraphies, mais on ne possède pas la clef qui permettrait de les lire sans effort. On devine seulement, on suppose, on parie même, mais au fond, on ne sait pas. On ne sait pas déchiffrer ce regard triste, cette ridule au coin des lèvres, ces plis sur le front, ces cheveux en bataille, ou ce grain de peau revêche. Ni ces yeux pétillants, cette bouche rieuse, la douceur…en savoir plus

Chapeau Marcel !

Pour me reposer de l’agitation ambiante que la fin de l’année rehausse encore d’un cran, j’ai décidé de lire du Marcel Proust. Beaucoup se diront in petto que « plus ringard, on ne fait pas », mais j’ai un tel plaisir à m’y plonger… On n’écrit plus comme ça, c’est certain : des phrases longues à n’en plus finir…mais correctement ponctuées, et finies finalement ; des pages et des pages suspendues au-dessus d’un détail pour s’y mouvoir jusqu’à l’infiniment petit dont il est le signal ; d’autres encore, denses, sans concession, pour…en savoir plus

Piano-gare

Hall de gare de Paris-Montparnasse. Des notes de musique envolées d’un piano viennent à ma rencontre juste à la sortie du TGV. Surprise. Quelqu’un joue quelque part en solo ! ? En effet… Le piano trône au milieu de cette salle de pas- perdus, entre l’alignement des quais et le grand dehors, entre les escalators du métro et les escaliers des trains de banlieue. Il est droit, il est sans décorum,  et il est accordé. Une simple invitation  déposée bien en vue sur son bois : « A vous de…en savoir plus

Mondiale lenteur

Ils sont des centaines à sillonner la planète, en solo, en duo, en trio ou plus (guère plus en fait) durant des semaines, des mois, des années, à pied, à vélo, à cheval, en skate, en voile, avec un âne, en roulotte, en kayak… Ils ont choisi de transporter leur barda, d’avancer lentement, de vivre sobrement. Certains basculent dans le voyage vagabond comme dans un style de vie à long terme. Après un temps de réadaptation à la vie « normale », d’autres reviennent clairement décidés à asseoir une stabilité…en savoir plus

Enthousiasme scolaire

Elle vient de terminer son année de CP et ce fut un bonheur de la voir littéralement basculer dans la lecture aux alentours de décembre dernier. Il y a du Champollion en tout enfant qui apprend à déchiffrer ces signes jusque- là opaques et pourtant omniprésents. En découvrir la clef, c’est un grand pas pour l’humanité de chaque petit humain et provoque en lui un enthousiasme communicatif. Alors enfin découverte, la lecture se fait jeu à nul autre pareil et voilà ma petite voisine occupée à lire tout ce qui…en savoir plus

Légumes du jardin

« C’est des légumes du jardin ? » demande la fillette à son papa qui la sert en courgettes réchauffées au micro-onde. « Tous les légumes viennent forcément d’un jardin » répond-il, rassurant et surtout désireux que son enfant mange sans trop faire d’histoire. Du haut de ses 6 ans, elle reste cependant dubitative. Il faut dire qu’elle revient tout juste d’un séjour chez ses grands-parents. Comment s’y sont-ils pris ? Toujours est-il qu’à force de voir, de sentir, de toucher, de goûter  les merveilleux légumes cultivés par grand-père dans…en savoir plus

Jubilation

La grâce arrive parfois par bouffées. Elle se reconnaît à la trace qu’elle laisse : un sentiment de paix, de joie, d’immense gratitude devant la gracieuse gratuité de la vie. Gratuité, gracieux, gratuité : oui, tous ces mots sont de la même famille que « grâce » et on l’entend encore dans l’expression latine « Deo gracias » (« Merci, Dieu ») C’est sans doute une chance de savoir où orienter cette bouffée de joie reconnaissante : à l’Auteur de tout l’univers, vous et moi compris ! Tout cela me…en savoir plus

Beauté

Il arrive qu’on prenne à nouveau conscience de la chance qu’on a de vivre aujourd’hui, ici. C’est ce qui m’est arrivé ces dernières semaines. D’abord, j’ai lu des livres que j’ai aimés, qui m’ont fait du bien, soit parce qu’ils étaient bien écrits, et c’est toujours du bonheur que de savourer de la belle ouvrage, soit parce qu’ils parlaient «  juste » de ces choses importantes qui portent nos vies. J’ai contemplé des tableaux, contemporains ou non, qui m’ont touchée. J’ai admiré telle architecture, telle perspective urbaine, tel jardin paysager,…en savoir plus

Papa

Il est fou. Fou de joie. Fou d’émotions contradictoires. Il faut dire qu’il en rêvait depuis si longtemps ! Mais il peinait à trouver celle qui deviendrait la mère des enfants dont il serait le père. Il faut dire aussi qu’il fait partie de ces mutants : la seconde génération qui a grandi, s’est formée, vit sa vie, sans aucune référence religieuse. Oh ! Il n’y est pas hostile, non. Simplement, il s’en passe et il ne s’en porte pas plus mal que d’autres, semble-t-il. Quel rapport entre le fait…en savoir plus

Femmes

Petites sœurs du bout du monde, de partout sur la planète des hommes – oui,je parle bien des « hommes » – ; petites et grandes femmes qui pliez encore sous le joug de ceux qui confondent virilité et violence, différence et oppression, force de caractère et force physique – oui je parle toujours des « hommes », enfin de certains d’entre eux, assez nombreux encore – ; petites sœurs victimes de la charia, de l’imbécillité machiste, du commerce des corps ; femmes oubliées des fumeux défenseurs des droits de…en savoir plus

Communion

Toutes ces femmes qui se sont levées. Qui ont tenu bon durant des jours, des semaines, des mois durant, dans les rues, devant les bâtiments administratifs, dans les médias, dans l’anonymat. Elles ont cousu des banderoles, organisé des sièges, scandés des slogans de liberté, de justice, de fraternité. Elles y ont cru. Fières de leurs pays, pleines d’espérance, rayonnantes d’avenir à portée de main, de cœur, d’intelligence. Oh ! Les signes ne manquaient pas de ces nuages noirs stagnant au-dessus des révolution arabes : le printemps arabe, cet amalgame paresseux…en savoir plus

Coup de chapeau aux bénévoles !

Nous, vous, ils, elles….c’est pas centaines que se comptent les bénévoles dans notre pays. Soirées, week-ends, jours fériés et vacances, ils sont souvent passionnés, connaissent parfois le découragement, mais ne baissent jamais longtemps les bras. Car leurs bras plongent les mains dans le cambouis, activent les petites mains de toute manifestation sans lesquelles rien ne serait fait, suivent leurs pas de marcheurs, de pousseurs de brouettes, d’hommes et de femmes qui crochent dans le lien social à cultiver, parfois à restaurer, préfèrent leur présence inventive aux réalités, que les discours…en savoir plus

De la joie

La joie relève d’un art de vivre.  Que demande-t-elle pour s’installer en nous ? 1/ De se connaître soi-même suffisamment pour savoir comment s’y prendre avec soi : ce dont j’ai besoin, ce qui m’encombre, mes zones de vulnérabilité, mes points de force. Se connaître demande un apprentissage qui ne se fait pas en chambre et pas en théorie. Il vient de l’attention portée à toutes les expériences vécues, en particulier à travers leurs résonances éprouvées aux plans physique et émotionnel, expériences heureuses ou malheureuses, mais surtout relues, car il…en savoir plus

Jeunesse

Il a 22 ans, comme sa voisine.  Le hasard nous a réunit avec quelques autres pour ces deux jours de formation  aux premiers secours à la Croix-Rouge. Nous n’aurons pas le temps de faire ample connaissance, mais ces deux-là  m’en ont dit assez pour me réjouir. L’un se prépare à encadrer une colo d’enfants à l’étranger cet été, l’autre accomplit son service civil. Ils ont en commun de sourire à la vie, d’être heureux de leurs choix, de vouloir les assumer au mieux, d’envisager les difficultés qui ne manqueront pas…en savoir plus

Mariage

Ils ont 23 et 25 ans. Ils sont beaux comme ont est beau qu’on on aime. Ils viennent d’achever leurs études. Ils vont se marier cet été. Tout émoustillés, amoureux certes, mais les pieds sur terre, la vie à deux leur ayant déjà appris pas mal de choses sur l’art de durer en couple, ils jubilent en préparant avec un soin méticuleux faire-parts, invitations, célébration, accueil, repas, fête… Ce sera simple et festif, amical et détendu, sérieux et joyeux. Le pas fatidique vient d’être franchi : les invitations sont dans…en savoir plus

Danseurs

Qu’ils sont beaux ! Et cette énergie communicative ! Et quel talent ! Au niveau -1 de la Gare de Lyon, à Paris, des « djeunes » plus ou moins caramels à casquette ont investi un coin du vaste espace carrelé qui sert de sas aux quelques passages vers cette sortie annexe. Ils ont posé leur boîte à musique sur le sol, réglé le son, pas trop fort, et ils se lancent, les uns après les autres, dans des chorégraphies tourbillonnantes.  Chewing-gums et muscles, élastiques et vibrillons, sur un bras,…en savoir plus

Dilatation

Dilatation : c’est le mot qui me vient en voyant le visage épanoui, fendu d’un sourire tranquille, de ce chef d’entreprise. Il vient d’engager son dixième salarié. Quand il a démarré son activité d’assistance informatique, il y a à peine 5 ans, il s’était contenté de deux collaborateurs et escomptait juste ne pas boire le bouillon au bout de quelques mois. Un seul contrat, conséquent il est vrai, avait donné le signal pour franchir le pas. Mais qu’adviendrait-il ensuite ? Il s’était lancé, plein de foi, plein de peur, plein…en savoir plus

Aux amis de Dieu !

Pour tous ceux que la méchanceté ordinaire du monde ne découragent pas d’aimer : – ceux pour qui Noël aura été une fois de plus plombé de disputes familiales, de règlements de compte plus ou moins larvés, de spectacles pitoyables d’excès de boisson, de mots agressifs, de grands airs… -ceux qui se seront vu refuser leurs cadeaux par de capricieux enfants dont on confond la tyrannie et la franchise. -ceux qui ont attendu en vain un merci, même juste un petit, pour le travail considérable qu’a représenté la préparation de…en savoir plus

Bonjour l’hiver !

On ne se refait pas ! Que voulez-vous : j’aime l’hiver. Pourtant, je galère, comme beaucoup d’entre vous. Je suis sans cesse en déplacement, mon activité en dépend. Mes deux moyens privilégiés pour ce faire sont : les transports en commun et ma paire de pieds ! C’est dire si ces derniers jours, entre les retards et annulations de train, l’arrêt des services de bus, les pataugeoires urbaines que sont souvent les trottoirs, d’abord gelées à se casser les os, puis gadouilleuses à souhait, sans parler de la valise formant…en savoir plus

A Pierre !

Pierre a une trentaine d’année. Il est serviable et gentil avec tout le monde. Il ne demande qu’à bien faire. Son rire est sans fausseté, ses larmes et ses colères non plus. Il habite chez ses parents. Frères et sœurs ont plus ou moins quitté le nid, ou le quitteront bientôt. Pierre sait-il qu’il ne le pourra pas ? Qui sait, d’ailleurs, ce qu’il a dans la tête ? Pierre est trisomique. Et Pierre est lui-même. Alors, au cours de la fête qui réunissait les amis, lorsqu’une petite chorale s’est…en savoir plus

Longue vie aux maraîchers (du coin) !

Mon coup de cœur du moment va vers les rois et reines des bons légumes et des fruits de saison : les maraîchers locaux. Ils font pousser leurs fruits et légumes, ils les récoltent, ils les chargent et ils les vendent.  Ils se tiennent, fidèlement, sur nos marchés, le teint buriné et les mains calleuses, le geste bourru et le sourire au rendez-vous, par tous les temps. Comment font-ils ? On imagine le travail pénible et constant qu’exige une telle activité. On lit parfois leur nom et celui de leur…en savoir plus

Vive les parents !

Le dimanche est devenu la journée pour vivre en famille. Que la famille soit recomposée ou pas, qu’elle soit monoparentale ou pas, qu’elle soit nombreuse ou pas, il semble que les parents investissent cette journée avec de plus en plus de constance. Et c’est heureux. Les parents et leurs enfants sont nombreux, à la piscine, ou sur les pistes cyclables, ou dans les parcs de détente où taper dans un ballon reste un must, ou encore au bord des bacs à sable tourniquets et toboggans. J’aime les  croiser, les regarder,…en savoir plus

Courage quotidien

Dans toutes les villes de France, tôt le matin, avant même le jour, des milliers de personnes se rendent à leur travail, où en reviennent. Mêlée à la foulée régulière de leurs pas dans les couloirs de métro, à leur attente patiente sous les abribus, à leur détermination matinale sur les trottoirs encombrés, j’entends leur silence. J’entends leur courage. Après 7h30, déjà, l’ambiance n’est plus la même : davantage de bavardages, de journaux froissés. Mais avant, c’est encore du sommeil que les gens portent sur les épaules, sur leurs visages,…en savoir plus

Automne

Mon coup de cœur du moment est pour l’automne. Car le voilà installé avec son cortège de feuilles multicolores et bruissantes sous les pas, ses nuages bas, son vent humide, ses soirs moins tardifs. Il pleut. La terre qui souffrait de sécheresse se réjouit. Les sous-bois réjouissent les narines des promeneurs : ah ! les odeurs de champignons, de lichens moussus, d’humus feuillu !  Il ne fait pas encore très froid, mais il ne fait plus chaud. L’automne, attentif au fond, nous prépare à l’hiver. En écrivant ces lignes, je…en savoir plus

Rencontre

Ils sont une bonne centaine assis, avachis pour la plupart, dans les moelleux fauteuils de la salle dite « de spectacle » de cet établissement catholique. Ils ont 18-20 ans, ils sont en BTS pour les métiers de l’entreprise. Ce matin, 8h30, ils commencent une journée un peu spéciale : les cours ont été suspendus, pour offrir à la place un temps de réflexion sur des sujets transversaux jugés importants par l’équipe éducative. Je suis donc là en qualité de coach de dirigeants, connaissant de l’intérieur le monde de l’entreprise,…en savoir plus